Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/06/2010

Fühlinger See en Allemagne (12km)

 12k cologne.JPG

Une traversée au parfum !

En surfant sur la vague du Net, je découvre qu’en Allemagne vient d’être créer une nouvelle épreuve de 12km à la nage sur Cologne. Cette épreuve se déroule le dimanche 20 juin 2010 et vient s’ajouter aux épreuves de natathlons (nage et course à pied) existantes lors des deux éditions précédentes. L’organisation de cette journée incombe aux clubs de triathlon de Cologne. L’épreuve a lieu dans un lac situé au nord de la ville appelé « Fühlinger See ». Il s’agit d’un plan d’eau où se disputent habituellement les compétitions d’aviron. Plus d’une cinquantaine de nageurs sont inscrits sur ce petit marathon. En plus des Allemands, il y a des Ukrainiens, des Grecs, des Anglais et deux Français, Cathy et moi. Alors que les « natathloniens » longue distance auront à effectuer deux tours de bassin de 2km à la nage avant d’enchaîner 21km de course à pied, les « athloniens nageurs » que nous sommes aurons à parcourir quatre tours supplémentaires de 2km. A la veille de l’été, nous n’avons toujours pas eu de période de grosse chaleur et avec la vague de froid qui s’étend sur l’Europe notre inquiétude se porte sur la température de l’eau. J’espère que nous pourrons y participer en maillot. De toute façon nous n’avons pas de combinaison et espérons qu’ils ne nous empêcherons pas de nager.

Les repérages

Nous arrivons sur Cologne la veille de l’épreuve, il fait froid et le temps est orageux. Notre plus grande inquiétude dans ces conditions est de connaître la température de l’eau. Pour cela nous nous empressons de nous rendre sur le lieu où doit se dérouler l’épreuve. C’est également l’occasion de faire des repérages et voir combien de temps il nous faut pour nous rendre sur le site. Après bien des péripéties pour trouver notre itinéraire, transport en train avec plusieurs correspondances, transport en bus et marche à pied, nous arrivons aux abords du " Fülhinger See ". Nous cherchons sur un plan le lieu de rendez-vous et nous voilà parti au milieu de la végétation et de nombreux chemins de terre vers le plan d’eau. Sans plan, ni boussoles, je fais aventurer Cathy et son mari, qui doit nous ravitailler, vers un chemin sans issu au pied d’un plan d’eau qui ne correspond pas du tout au site de l’épreuve. Pris sous la pluie, nous décidons de prendre la température de l’eau à cet endroit puis de rentrer vers le centre ville. Je sors le thermomètre, il affiche à l’extérieur un pénible 16°C. Lorsque nous le mettons dans l’eau, nous avons l’agréable surprise de le voir grimper et afficher un 17,8°C. Ouf ! Quel soulagement, nous allons pouvoir nager en maillot et sans utiliser de la graisse. Nous voilà donc de retour sur le centre ville de Cologne moins tendus et inquiets qu’à l’aller. Nous allons visiter la Cathédrale de la ville dont les tours sont les plus hautes du monde.

blog00.jpg 

 

Dans l’eau de Cologne

Le dimanche 20 juin au matin, le ciel est couvert mais il ne pleut pas. Grâce à nos repérages de la veille, nous voilà partis sans stress pour le " Fülhinger See ". A notre arrivée, une superbe organisation est en train de se mettre en place. La sono joue de la musique entraînante et des enfants se préparent déjà pour leurs mini-triathlons. Avec Cathy, nous allons retirer nos bonnets et nous renseigner sur la suite des événements.

Blog01.JPG 

 Notre départ est prévu à 10h et il y a plus d’une quarantaine de nageurs d’inscrits (une trentaine de garçons et une dizaine de filles). Nous rejoignons les gradins pour commencer à nous préparer et voir les enfants participer aux différentes épreuves. Il est 9h45 et nous sommes appelés pour le départ. La température de l’eau est à 17°6C. Nous sommes une dizaine à être en maillot et les autres en combinaison. L’épreuve est organisée par un club de triathlon et les combinaisons sont acceptées. A 9h55, nous avons droit à l’hymne Allemand puis nous nous mettons à l’eau. A 10h00, le départ est donné et nous voilà partis pour 6 tours de 2km dans une piscine géante. Le plan d’eau est un site de compétition d’aviron, tous les 10 mètres il y a une petite bouée, tous les 50 mètres une grosse bouée et tous les 250 mètres de grosses pancartes. Au bout d’1km nous contournons une bouée et faisons le chemin à l’envers. A chaque bouée de contournement il y a un ponton de ravitaillement. Sur l’un deux, Bernard, le mari de Cathy, s’y est installé pour nous ravitailler.

blog03.JPG 

 Je mets un peu plus de 31’ pour faire le premier tour et je suis dans les 15 premiers. Je vais nager régulièrement dans les tours suivants (32’ environ) et dépasser progressivement les nageurs qui me précédent. Je me ravitaille tous les deux kilomètres avec une boisson énergétique. Lorsque j’attaque mon dernier tour je suis en 9ème position. J’ai des nageurs en point de mire. 

blog02.JPG

Ils sont en train de craquer… Je vais doubler 4 nageurs et me retrouver en 5ème position. Le plus dur reste à faire car une fois les 12km de nage terminés, il nous faut courir environ 200m jusque sous un portique d’arrivée, avec les jambes complètements ramollies. J’arrive devant les marches d’escalier qui nous permettent de sortir de l’eau, on me lève péniblement, je marche un peu et arrive à courir les quelques derniers mètres. Sous les encouragements des pom-pom-girls qui font une haie d’honneur, je franchis la ligne en 5ème position (sur 27 arrivants), je viens de mettre 3h13’22’’.

 blog04.JPG

 Je suis content de mon résultat, je voulais mettre moins de 3h15. Derrière les autres nageurs arrivent : pour certains épuisés avec des difficultés pour marcher, d’autres le cou en sang suite aux irritations de la combinaison… Cathy terminera un peu moins de 30’ après moi, elle finit 6ème des filles (sur les 7 arrivants). Nous recevons une médaille de " finisher " et un collier de fleurs en tissu. Après une bonne douche, nous allons profiter des séances de massage proposés par l’organisation.

Pour ceux qui désirent faire une épreuve de plus de 10km en Europe, je vous recommande vraiment celle-ci…

14/06/2010

Cerbère - Argelès 2010

Indépendant 11 juin 2010 [800x600].jpg
Article de l'Indépendant : Indépendant 11 juin 2010.jpg
Midi Libre 12 juin 2010 [800x600].jpg
Article Midi-Libre : Midi Libre 12 juin 2010.jpg

06/06/2010

Montargis - Cépoy, épreuve de coupe de France (15km)

 15k Cepoy.JPG

Dans le but de promouvoir la natation en eau libre et faire connaître les principales traversées existantes en France, la FFN met en place, en 1999, la première coupe de France de natation en eau libre. Cette coupe a pour objectif de permettre aux nageurs amateurs de grands espaces de pratiquer leur sport tout au long de l’été ainsi que de les préparer et les sélectionner aux championnats de France et autre compétitions internationales. Elle permet également aux principales organisations existantes de se fédérer, tout en les labellisant. Treize étapes de 5km ont composé la première édition. Cette coupe de France remporte un vif succès et les organisateurs présents la première année décident de renouveler l’expérience l’année suivante. D’autres sites intéressés font leur demande pour intégrer le circuit. Devant cet engouement, la FFN doit modifier son règlement et inclure les traversées d’une distance inférieure et supérieure à 5km. A partir de 2003 le championnat de France 25km compte comme étape de la coupe de France. C’est la seule distance supérieure à 10 kilomètres. Il faudra attendre 2008 pour voir apparaître dans le calendrier national une étape de 15 kilomètres dans le Loiret.

 Présentation

Cette épreuve a lieu le premier week-end de juin dans le cadre du « Trophée des 3 îles de Cépoy ». En 2010, elle se déroule dans le cadre de la fête du nautisme de l’Agglomération Montargoise sur le plan d’eau de Cépoy. Il faut effectuer neuf boucles d’un circuit d’1km600 autour de 3 petites îles. Ce type de parcours est fréquent en plan d’eau ayant une surface réduite. Cela comporte beaucoup d’avantages pour les organisateurs. Le nageur dispose de ses affaires au départ et à l’arrivée, le public voit souvent passer les nageurs et il y a possibilité d’un point de ravitaillement fixe. En ce qui me concerne, s’il y a bien une chose que je déteste, ce sont ces circuits à reproduire plusieurs fois. Je préfère nettement les épreuves en ligne droite car, pour moi, c'est plus facile à gérer psychologiquement. Mais s'il existe une épreuve de plus de 10 kilomètres en France, pour un passionné de marathon comme moi, il faut que j’y participe au moins une fois ! N’ayant pu m’y rendre lors des précédentes éditions en raison d'un planning assez chargé, en 2010, je bloque ce week-end là sur mon agenda sportif et n’hésite pas à m’inscrire dès l’ouverture des inscriptions. Un autre impératif m’oblige à participer à cette épreuve : durant l’été 2010, j’aimerais pouvoir participer en Hollande à l’un des plus anciens marathons amateur européen, la traversée de Stavoren à Medemblick. Pour pouvoir envoyer mon dossier et espérer participer à la course hollandaise, je dois justifier avoir nagé un 15km en moins de 4h11’.

 

DSC05522.JPG

Un ami de 30 ans

Mais voilà, quinze jours avant la traversée, nous avons quelques jours de beau temps et j’en profite pour aménager mon jardin et faire du désherbage. Quelle erreur ! Au final, j’ai droit à une superbe tendinite du coude droit : mon « désherbelbow ». Lorsque je nage, j’ai une légère douleur et il m’est difficile d’attraper une bouteille pendant les ravitos. Cela risque d’être un peu gênant lorsque je vais devoir me ravitailler. Je pense déjà que cela va être dur de réaliser le temps pour la Hollande. Mais malgré la douleur et les mauvaises conditions météos annoncées, je monte y participer car cette traversée dans le Loiret est l’occasion pour moi de revoir mon ami nageur Jean-Luc et sa famille. Je ne l’ai plus revu depuis notre dernière virée en Italie pour les championnats du monde des maîtres de 2004. Je vais monter la veille chez lui et faire le trajet en train que j’ai souvent fait auparavant lorsque je montais le rejoindre avant de nous rendre sur des traversées. Il habite à 200 mètres de la piscine où il s’entraîne habituellement. Ce jour-là se déroule une compétition pour les enfants. Je vais avoir l’occasion de revoir des amis et dirigeants que je n’avais pas vu depuis longtemps. Nous allons nous remémorer tous nos souvenirs et ce que nous avons fait depuis tout ce temps passé ! Les enfants  de JL ont bien grandi et le lendemain Jean-Luc s’est inscrit avec son grand garçon, Valentin, sur l’épreuve de 3 kilomètres qui se déroule en même temps que le 15 kilomètres. Le dimanche matin, nous voilà partis tous en ensemble en voiture comme au bon vieux temps pour Cepoy.

 

BILD0382.JPG

Le briefing

Arrivés sur place, le temps est maussade et des averses sont annoncées. Certains nageurs que nous croisons parlent d’annulation. Nous nous dirigeons au secrétariat pour avoir plus d’information et on nous informe que l’on en saura plus dans un quart d’heure lors du briefing. Nous récupérons notre bonnet et attendons le briefing. Les nageurs du 3 et du 15km se retrouvent quelques instants après autour des officiels de la course. Nous apprenons que la température de l’eau est à 22°C mais que les conditions météo risquent d’entraîner l’annulation de l’épreuve. Le départ aura lieu à l’heure prévue mais si au cours de l’épreuve les conditions météos engagent la sécurité, la course sera arrêtée. De grosses averses avec orages sont attendues. Dans ces conditions on nous explique ce que le règlement, ou plus exactement "leur" règlement prévoit. Si c’est pendant les 3km, les épreuves sont annulées et il n’y aura pas de classement. Si c’est pendant le 15km, il faut que le premier ait couvert les 2/3 de la course pour qu’un classement soit établi en fonction des positions sinon il n’y aura pas de classement. Sympa, pour moi qui ai besoin d’un temps sur 15km ! Mais comme je le dis souvent : « la météo est une science inexacte », avec un peu de chance cela va se vérifier et il n’y aura pas d’annulation de course…

 

P1210696ret40%.JPG

La course

Le départ des 3 et 15km est donné en même temps. Nous sommes environ une centaine à nous élancer dont une trentaine pour le 15km. Pour nous différencier, la couleur des bonnets n’est pas la même. Les bonnets blancs du 3 km partent à toute allure et il faut éviter de se mettre dans leur rythme si l’on ne veut pas avoir de surprise par la suite. Je m’écarte légèrement et me mets à nager à mon rythme. Si je veux nager moins de 4h11, je dois effectuer le tour en moins de 28’. Avec les années, je nage comme un diesel, je prends un rythme et j’essaie de le garder jusqu’à la fin. Fini les accélérations usantes pour rattraper ou éviter de se faire accrocher par un nageur. Je boucle mon premier tour en 25’. J’en profite pour prendre mon premier ravitaillement que me tend depuis un ponton la mère d’une nageuse montpelliéraine. Lorsque je saisis la gourde avec mon bras droit, je ressens une horrible douleur. Mon « desherbelbow » me fait excessivement mal et je suis obligé de changer de main. Un peu gauche avec l’autre bras, j’arrive malgré tout à me ravitailler et reposer la gourde sur le ponton. Je repars avec une vive douleur au bras. Le temps commence à se gâter et la pluie fait son apparition. Par chance, il n’y a pas d’éclairs en vue. Pour les nageurs ce n’est pas grave, nous sommes déjà mouillés mais pour les organisateurs ce n’est certainement pas très agréable. Mes félicitations aux bénévoles !!! A la fin de ce deuxième tour les nageurs du 3km en ont fini. Je vais mieux situer les autres nageurs qui accomplissent le même parcours que moi. Loin devant, un nageur a déjà bien creusé les écarts et commence à rattraper les derniers. Derrière, je nage avec une nageuse Montpelliéraine, Julie, qui a le même rythme que moi. Nous allons faire les 15km ensemble. C’est plus sympa et plus motivant de nager à deux. D’ailleurs dès le 4ème tour la fatigue apparaît et je commence à ressentir des difficultés, j’ai des douleurs au coude et psychologiquement je me dis que je n’en suis même pas à la moitié. Je déteste faire des tours !!! Le fait d’être à deux et de se soutenir permet de retrouver de l’énergie. Je me doute qu’elle est dans les mêmes conditions psychologiques. Avec quelques encouragements lors des ravitaillements, nous effectuons les tours suivants à un rythme régulier. Nous bouclons les tours en 26’ et 27’. Le premier nageur vient d’emprunter l’entonnoir et de franchir la ligne d’arrivée. Il nous reste pratiquement deux tours à parcourir. La météo est plus clémente, il ne pleut plus et nous sommes rassurés car à ce stade l’épreuve ne sera pas annulée. Enfin arrive le dernier ravitaillement, il ne faut pas craquer. Une bonne dose de boisson énergétique, un petit encouragement et c’est reparti. De savoir que c’est bientôt fini, cela me donne des bras et j’accélère un peu, cela serait bien de terminer en moins de 4 heures. Derrière la nageuse s’accroche, c’est super elle tient le coup. Nous arrivons ainsi à terminer les 15km en 3h57. Mission accomplie ! Après l’arrivée, je me dirige vers le ravitaillement mais il ne reste plus grand-chose. Il faut dire qu’une centaine de nageurs, entre les 3 et 15km, sont passés devant nous. Aucune récompense événementielle n’est remise aux nageurs, pas de T-shirts ni de médailles, seul les trois premiers sont récompensés. C’est dommage pour les autres nageurs qui viennent de fournir un tel effort.

Pour ma part, je suis content, je viens de remplir mon objectif et je peux envoyer ma candidature pour nager en Hollande. Il ne me reste plus qu’à prendre une douche (située à 800 mètres de l’arrivée !) avant de me faire accompagner à la gare par mon ami Jean-Luc qui reste très compétitif car il a nagé plus vite que son fiston !