Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2008

Entraînement de nuit à Arcachon

François habite prés de Bordeaux et sa piscine naturelle est le bassin d’Arcachon. L’année qui précède notre traversée de la Manche, il m’invite à plusieurs reprises à venir nager avec lui. Une de nos séances d’entraînement va avoir lieu de nuit. Il se peut que pour la Manche nous ayons à nager de nuit et un petit entraînement nocturne ne nous ferait pas de mal. Nous voilà à 22 heures au bord de la plage centrale d’Arcachon. Les dernières bateaux promenades viennent d’arriver. Nous avons la mer pour nous tout seul et nous sommes motivés pour nager plus d’une heure.

DSCF5027 [800x600].jpg

Nous plaçons des baguettes fluorescentes à nos lunettes afin que l’on puisse nous repérer et nous voilà partis pour faire des aller et retours entre deux bouées distantes de 200 mètres situées à environ 100 mètres du bord. La première impression est agréable à l’exception de mon ventre qui pique suite aux éraflures du matin. Dans l’eau, c’est le noir total, mais je vois bien mes bras de couleur blanchâtre qui me propulsent. J’admire les petites bulles argentées qui se dégagent à chaque fois que ma main pénètre dans l’eau. Le spectacle est nouveau. A l’extérieur, d’un côté il y a leLES%20DENTS%20DE%20LA%20MER.jpgs lumières d’Arcachon, de l’autre le noir total. Ça fait à peine une dizaine de minutes que je suis dans l’eau à m’émerveiller de chaque instant, quand je ne sais pas pourquoi je me mets à penser au film des « dents de la mer ». D’un coup, le spectacle féerique vire au cauchemar. Mon cerveau est hanté par le début de ce film qui correspond à la situation dans laquelle je me trouve. Alors mon envie de nager diminue au fur et à mesure à la vitesse grand V. J’ai l’impression, avec les baguettes fluorescentes, de ressembler à un leurre pour requin. Avec ça, il ne peut pas me rater. Au lieu de regarder les lumières d’Arcachon, je cherche à voir s’il n’y a pas d’aileron. Mais pourquoi Steven Spielberg a-t-il fait un tel film ? Car je me rappelle encore le premier jour où je suis allé voir ce film. C’était en 1975, j’étais en vacances linguistique à Sydmouth, une petite station balnéaire d’Angleterre. Le lendemain de la projection du film en version anglaise, à la mer je ne suis pas allé plus loin que l’eau aux genoux. Toujours est-il que mon entraînement à Arcachon qui devait durer plus d’une heure s’arrête au bout de 20 minutes. Les cinq dernières minutes, je les fais presque au bord de l’eau. C’est terrible, j’espère ne pas avoir ce « flash-back » pendant ma traversée. Malgré tout ce fut une sacrée expérience que j’ai renouvelée ensuite dans des eaux plus rassurantes.

Les commentaires sont fermés.