Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


22/06/2013

Des îles Medes aux îles Formigues en Espagne (22,3km)

22,3k iles formigues medes.JPG

Une toute nouvelle traversée sous forme de randonnée aquatique est organisée depuis les îles Medes jusqu’aux îles Formigues au large de Palafrugell en Espagne. Cette traversée, sans classement, organisée par « Neda el Mon » permet ainsi de découvrir par la mer une partie de la Costa Brava. Pour cette première édition, il est prévu que les nageurs effectuent la traversée en plusieurs groupes composés de 6 nageurs de niveaux différents (2,8km/h ; 3km/h ; 3,2km/h ou 3,4km/h) accompagnés d’un bateau pilote. Les nageurs d'un même groupe doivent nager ensembles pendant toute la durée de la traversée. Avant cette première édition de 2013, seul 3 nageurs espagnols ont effectué en solo cette traversée à la nage de 22,3km. 

FormiguesB_ca.JPG

Le samedi 22 juin 2013, nous avons rendez-vous à 9h30 avec les 16 autres nageurs inscrits pour le briefing de cette première édition au port de l’Estartit, une station balnéaire de la Costa Brava centrale. La température de l’eau est annoncée à 19°C et des méduses ont été repérées, pour cette raison l’organisateur recommande aux nageurs le port de la combinaison. Malgré tout, nous serons 2 nageurs à ne pas les utiliser. Pour ma part, je vais nager avec 4 autres nageurs dans le groupe inscrit pour une vitesse de 3,4km/h : le groupe bracelet rouge, les plus rapides !

groupe depart.JPG

Vers 10h, nous embarquons sur les bateaux afin de nous diriger vers le lieu de départ de notre traversée. Les Medes forment un archipel de sept îles (dont la plus grande est appelée Meda Gran), situées juste en face de la ville de l’Estartit et qui correspondent à l’extension de la montagne de Montgri. La superficie totale de toutes les îles est d’environ 21,5 ha, et le point le plus élevé atteint les 75m. En chemin, un thon saute devant notre bateau et j’aperçois à mi-profondeur quelques « pélagia », les restes de l’invasion de la semaine précédente sur la côte Espagnole.

depart.JPG

Nous nous mettons à l’eau afin de nous rapprocher au plus près de l’île. La température à cet endroit est plus fraîche d’un à 2 degrés car en profondeur une rivière d’eau douce sous-marine fournit aux Medes de l’eau douce provenant du Montgrí. Accolés aux rochers, les nageurs se motivent et s’encouragent, puis c’est le départ du groupe des rouges dont je fais partie. Nous effectuons une longue ligne droite de 7km au large de la plage de sable de l’Estartit qui reste encore une zone protégée de la spéculation urbaine.

nage.JPG

La mer est calme et le soleil brille ce qui fait que la plupart des méduses se situent à mi-profondeur m’évitant ainsi des contacts qui pourraient s’avérer fatidiques. Nous nageons à un rythme que je trouve assez soutenu pour des nageurs sensés être à 3,4km/h. Toutes les 45 minutes, nous nous arrêtons une à 2 minutes pour effectuer les ravitaillements. Au menu de l’organisateur, des sandwichs chocolatés, de l’eau, des bananes, des boissons énergétiques, pour ma part j’opte pour mon propre ravitaillement à base de boissons énergétiques et de boissons chocolatées protéinées.

ravito.JPG

Un peu avant notre 2ème ravitaillement, les nuages font leur apparition alors que nous nous approchons du cap de Begur. Situé entre Aiguafreda et les criques de Sa Tuna, nous avons en point de mire ce qui fut jadis au cap Sa Sal un des plus luxueux hôtels de la Costa Brava dans les années 60 et 70. Durant 16 années, l’établissement a accueilli plusieurs politiciens, intellectuels et artistes de renommée internationale avant de devenir de nos jours des appartements de location.

3155_559_Begur_Apartment.jpg

Nous longeons ensuite le cap Begur jusqu’à Tamariu où les falaises, les pins, les criques d’eaux cristallines et la côte abrupte en font tout le charme de la Costa Brava. Nous avons à ce moment parcouru la moitié du parcours. Nous nageons toujours avec un rythme soutenu et je me demande combien de temps nous allons pouvoir tenir à cette cadence. Et ce qui devait arriver, arriva : entre le 4ème et le 5ème ravitaillement, moi qui croyais qu’à 3,4km/h de moyenne cela serait une partie de rigolade, j’ai du mal à rester accrocher à mes amis de nage.

992956_121991334678040_682841736_n.JPG

Au 5ème ravitaillement, nous avons dépassé Tamariu et nous longeons le cap de San Sébastian jusqu’à Llafranc. Situé à l’est de Palafrugell sur le mont San Sebastian de la Guarda, ce cap est bien connu pour avoir l’une des plus belles vues de la mer Méditerranée depuis son magnifique belvédère. Vu de l’eau, on distingue bien la Tour de défense du XVème siècle ainsi que son phare construit en 1857 à une hauteur de 165 mètres. C’est le phare le plus important du golfe du Lion et un des plus puissants phares de la mer Méditerranée.

 costa-brava-palafrugell-far-sant-sebastia.jpg

Mais la beauté du paysage ne permet pas d’oublier la dureté de l’effort. J’ai du mal à rester collé aux autres nageurs et toute la solidarité d’une épreuve sans classement voit le jour. Ils sont unanimes : « Nous arriverons tous ensembles et en même temps !!! » Sur les 4 derniers kilomètres du parcours, ils vont m’attendre et nager à mes côtés. Depuis 2 bonnes heures, la mer s’est formée et le vent et les vagues nous déportent vers la côte, rallongeant notre parcours d’environ 1km et puisant dans le peu d’énergie qu’il me reste. Puis les îles Formigues commencent à se dessiner de mieux en mieux. Formées par roche nue, pratiquement dépourvues de végétation, elles peuvent être pratiquement cachées quand la mer est démontée.

img_3733.jpg

Les Îles Fourmis (Formigues en Catalan), nom donné par leur petite taille, sont un groupe de 16 îles situé au large de Calella de Palafrugell. Il y a un signal de balise sur l’île dite Formiga Grande avec une portée de 6 miles. C’est à cet endroit que doit s’effectuer l’arrivée. Une vingtaine de mètres avant, les nageurs m’attendent, nous finissons les derniers mètres ensembles et touchons l’île après avoir nagé 5h33’. C’est à ce moment que j’apprends que nous avons nagé à une vitesse de 4,2km/h ! Tous les nageurs se congratulent et se félicitent d’avoir terminé cette magnifique traversée.

11467_121995311344309_961840381_n.JPG

A bord du bateau qui nous ramène au petit village balnéaire de Callela à Port Bo, je commence à mieux comprendre ce qui s’est réellement passé et pourquoi j’ai eu du mal à suivre. Lorsque j’ai commencé à flancher au bout de 4h, nous étions en réalité à 4,4km/h de moyenne. C’était quasi-impossible pour moi de tenir cette vitesse jusqu’au bout et au final j’ai ralenti le groupe en nageant entre 3,8 et 4km/h de moyenne. Ce qui devait être un entraînement pour moi s’est avéré être une épreuve exténuante. Mais bonne nouvelle, j’apprends que j’ai battu le record de la traversée sans combinaison !!!

groupe arrivee.JPG

Un grand merci à mes amis nageurs qui m’ont accompagné lors de cette superbe journée : Pep Vivas I Elias, Victor Galve Ruiz, Nacho Gash, Ruben Sarlé Laplana (de droite à gauche sur la photo) et l’organisateur-accompagnateur Marc Caballé.

Commentaires

Enorme ! Tenir 4km/h et plus, le tout sur 22km, chapeau bas :)

Écrit par : Sylvain | 29/06/2013

Écrire un commentaire