Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2008

La première Française à tenter la traversée de la Manche

A partir de 1920, après le déminage des plages, la Manche est à nouveau retentée par les nageurs du monde entier. jeanne sion le matin.jpgComme tous les ans, d’août à septembre, la traversée de la Manche prend une part importante dans l’actualité. Mise en valeur par la presse mondiale, elle attire de part et d’autre du Détroit, un grand nombre de nageurs et de nageuses n’hésitant pas à sacrifier du temps et de l’argent pour rééditer l’exploit de Webb et Burgess.

Parmi les nageuses, une Française, Jeanne Sion, née à Dunkerque en 1889. Elle est la petite fille du marin Frédéric Sion, propriétaire et fondateur en 1853 d’une école de natation sur l’un des 2 plans d’eau ouverts à Dunkerque : le « Carré Sion ». A Dunkerque, "Sion et natation riment". Jeanne apprend à nager dès 3 ans avec son père Joseph Louis. Elle se familiarise rapidement avec le milieu aquatique. Dans sa ville, elle est une véritable héroïne. On la surnomme « l’ondine, fille des corsaires ». En 1922, à l'âge de 33 ans, elle espère devenir la Première nageuse à traverser le détroit. Elle est soutenue par la presse et encouragée par toute une population. C’est une sportive d’exception et elle est considérée comme l’une des premières candidates sérieuses à la traversée de la Manche. Malheureusement, lors de sa tentative du dimanche 7 septembre 1922, elle revient à terre à bord du convoyeur "Ravageur" après avoir échoué à 4 miles de Douvres. Elle avait nagé pendant 14h30 et aurait fait, dira le capitaine du Ravageur, 71km. Pourtant très en forme, elle a abandonné à la suite d'un violent mal de gorge provoqué par l'eau salée et le mauvais système de ravitaillement.

De 1924 à 1926, à plusieurs reprises, elles seront 3 nageuses à tenter l'exploit de devenir la "première femme" à figurer au palmarès de la traversée de la Manche. Elles sont à la fois, 3 rivales et 3 amies, n'hésitant pas à suivre les diverses tentatives des unes et des autres à bord du bateau convoyeur, peut-être aussi par espionnage sportif ! Il y a les américaines Harrison et Ederlé ainsi que la Dunkerquoise Sion. 08-06_traversee_feminine_manche_2_lightbox.jpg

En 1924, parmi toutes les prétendantes, la Française est la première à s'élancer du Cap Gris-Nez dans la nuit du 22 juillet mais il n'y a pratiquement personne pour relater sa tentative, car en même temps se déroulent à Paris les Jeux Olympiques d'été. Pour sa traversée, Mlle Sion est convoyée par un remorqueur calaisien habitué des tentatives : "Le Champion". Il avait accompagné avec succès Enrico Tirabosch en 1923, le 4ème nageur à réussir la Manche. Ce 22 juillet, Mlle Sion, profite d'un temps absolument calme et d'une mer à l'apparence d'un lac pour disparaître de l'horizon en direction des côtes anglaises. Entraînée ensuite par les courants et surtout épuisée par le froid, elle abandonne en fin de matinée à 7 miles (11km) des côtes anglaises. Elle est retirée de l'eau et ramenée à Calais par le remorqueur. Une quinzaine de jours plus tard, c'est au tour de Mlle Harrisson de tenter sans succès la traversée.

Rejointes en 1925 par l'américaine Gertrude Ederlée qui espère accomplir cet exploit, elles tenteront toutes les 3 la Manche sans succès. Mlle Sion est de nouveau la première à s'élancer du cap Gris-Nez avec cette fois-ci une centaine de personnes rassemblées sur la plage pour assister au départ. P1070677.JPG

A bord du remorqueur à pris place l’Américaine Harrisson en tenue de bain, prête pour « entraîner » sa rivale. C’est ainsi que l'on appelle les personnes qui se mettent épisodiquement à l’eau pour accompagner le nageur dans l’effort. Cette année-là, elle échoue à seulement 3600m du but mais dira-t-elle "beaucoup plus par l'appréhension de la nuit opaque que par le froid ou la fatigue". Elle est la première femme à s'être rapprochée aussi près du but et elle n'hésite pas à déclarer à la presse qu'elle renouvellera une prochaine tentative. Elle retentera à plusieurs reprises et sans succès la traversée jusqu'à la réussite de l américaine Gertrude Ederlé le 6 août 1926 en 14h32' ...

Pour quelques malheureux kilomètres, Jeanne Sion passera dans l’anonymat le plus total laissant à l’américaine les fastes d’une parade New-Yorkaise avec plus de 2 millions de personnes…

Les commentaires sont fermés.